S'identifier - Contact

Recherche


Archive : tous les articles

Archives par mois


Des Verts et des pas mûrs…


On aurait dû s’en douter, le Vert est décidemment une couleur instable, elle se décolore à la lumière sur des variantes kaki… En peinture, pour faire du Vert, il faut du jaune et du bleu, le Jaune selon la norme communément admise est le symbole de la trahison, quant au bleu, il aurait pu être la couleur de l’espérance ; confisqué par les partis réactionnaires, il en est devenu le symbole.

La Sinistre de la Transition écologique et solidaire Barbara Pompili est la cruelle illustration de la variante ci-dessus exposée.

Entre les postures, les discours et les actes à l’emporte-pièce, depuis Voynet, les Verts nous ont souvent montré leur porosité avec le monde d’« à côté », celui du bizness facile, là où les projets de carrières s’affranchissent facilement des convictions…

Députée verte, Pompili avait pourtant combattu farouchement les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles. Devenue Sinistre, elle a épousé sans broncher la déclaration de l’alter Sinistre de l’agriculture (ingénieur agronome) « la betterave est récoltée avant floraison. Dès lors, elle n’attirerait pas les pollinisateurs et l’usage des néonicotinoïdes en enrobage de semence sur cette culture serait sans conséquence sur les abeilles. (…) ». En parfait technocrate, il passe sous silence l’action destructive sur le « monde d’en dessous » et pour contrer la rémanence sur les cultures à suivre, qui elle seront florales, il compte sur la bonne volonté des agri-managers… « (…) il sera interdit de planter des cultures à fleurs lors de la prochaine saison pour ne pas attirer les pollinisateurs…».

Ils nous prennent vraiment pour des cons…


Je relaie ici le « coup de gueule » de notre ami Alain Laute.

« Néonicotinoïdes :
"Laissez-nous faire, on s'en occupe". Et voilà, les écolos s'en occupent à l'exemple de la Pompili, "faites-moi confiance". Les exploitations perdent entre 30 et 40 % de rendement ! Il faut des pesticides pour faire du 100 %.

Pauvres fous, la fuite en avant n'a jamais permis de régler un seul problème. Il faut aider les agriculteurs pendant une période de transition obligatoire, incontournable. C'est le rôle de l'Etat Français et de l'Europe. Des solutions naturelles existent mais il faut du temps et pendant ce temps l'Etat, doit intervenir pour soutenir la filière.

Le vote à l'A.N. doit être sans ambiguïté, c'est NON !

Si le cycle naturel n'est pas rétabli, que les polinisateurs et les prédateurs naturels disparaissent, nous disparaîtrons aussi. L'Egoïsme de ceux qui nous dirigent, condamne de fait la génération en devenir à réparer les erreurs qui pourraient être fatales si jamais cette génération reste sous l'influence des raisonnement égoïstes du libéralisme débridé. »


René Hamel



Par areeatnor • Actualités • Mercredi 07/10/2020 • 0 commentaires  • Lu 273 fois • Version imprimable

Même sans levée, les cultures dérobées pourront être comptabilisées en S.I.E

Le Sinistre de l’Agriculture de micron 1er, le mal nommé Denormandie (en fait, de Cahors des Ponts, des Eaux et des Forêts) invente la notion de récolte virtuelle primable.


Le Sinistre de l’Agriculture de micron 1er, le mal nommé Denormandie (en fait, de Cahors des Ponts, des Eaux et des Forêts) invente la notion de récolte virtuelle primable.

Même sans levée, les cultures dérobées pourront être comptabilisées en S.I.E(1)

Face aux conséquences de la sécheresse, le ministre de l’agriculture a annoncé le 17 septembre une nouvelle mesure d’urgence : les agriculteurs pourront faire reconnaître leurs cultures dérobées comme S.I.E même si elles connaissent des problèmes de levée.

« Compte tenu de cette aggravation de la sécheresse, Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, autorise la possibilité pour les cultures dérobées d’être comptabilisées en tant surface d'intérêt écologique (S.I.E), y compris lorsque ces cultures connaissent des problèmes de levée », indique un communiqué du ministère de l’agriculture diffusé le 17 septembre.

Avec les trois années consécutives d’épisodes de sécheresses longues, les déficits de précipitations du début d’année, les faibles précipitations de la première moitié du mois de septembre, les cultures dérobées ont connu à plusieurs endroits des problèmes de levée. Or, pour être considérées comme des surfaces d’intérêt écologique (et permettre à l'exploitant de toucher le paiement vert) leur présence doit être constatée au moins huit semaines à compter d’une certaine date (une date limite qui avait aussi été décalée, dans le cadre de la sécheresse).

D’après le site Terre-net, ce sont les préfets de département qui détermineront un zonage en fonction des conditions climatiques locales. « Les exploitants concernés devront signaler à leur DDTM(2) le problème de levée des cultures dérobées semées et demander à bénéficier d'une dérogation pour cas de force majeure. Cette dérogation permet de maintenir le caractère « SIE » de la culture, y compris en cas de contrôle sur place où la présence d'un semis pourra toutefois être vérifiée », précise le ministère.


On avait la prime à la production, on a eu la prime à la surproduction, la prime sécheresse (douloureuse sous forme d’impôt) puis la prime à la jachère, on a la prime aux culture pièges à nitrates, la prime aux jachères fleuries gage de pollinisation des abeilles), voilà qu’on a la prime aux semailles, jamais récoltées ! A quand la prime aux cultures virtuelles ?


Le décodeur du web

(1) S.I.E : depuis 2013, sont considérées en SIE primées à 80 €/Ha, elles se rajoutent aux M.A.E. (Mesures Agro-Environnementales) :
  • les terres en jachère ;
  • les terrasses ;
  • les bandes tampons sans fertilisation ni pesticides, y compris les bandes tampons couvertes par les prairies permanentes pâturées ou coupées ;
  • les hectares éligibles à l'agroforesterie ;
  • des bandes de terre admissibles le long des bords des forêts ;
  • les zones avec des taillis à courte rotation ;
  • les zones boisées ;
  • les cultures dérobées ou soumis à la couverture verte (coefficient de pondération) ;
  • les zones avec des plantes fixatrices d'azote.
(2) DDTM : Direction Départementale des Territoires et de la Mer

Mots-clés , , , , , , , ,

Par areeatnor • Actualités • Vendredi 18/09/2020 • 0 commentaires  • Lu 93 fois • Version imprimable

Actualités